Posted by IN / 0 responses

L’énergie solaire au service des infrastructures de recharge pour véhicules électriques

20 novembre 2014
34ae25a1-0db8-45d7-8b71-fead0cfcd61e
24_W620
cache_2412150823

Le challenge des infrastructures de charge, source : ADEME

Le développement du marché des véhicules rechargeables se caractérise aujourd’hui par de multiples initiatives des constructeurs dans le monde, pouvant se traduire par des performances et des caractéristiques de véhicules diverses : véhicules 100 % électriques vs hybrides rechargeables, recharge à courant alternatif vs recharge à courant continu, compatibilité́ ou non avec certains paliers de puissance de recharge. Tandis que trois paliers de puissance de recharge se distinguent aujourd’hui :

  • la recharge normale (3 kVA)
  • la recharge accélérée (22 kVA)
  • la recharge rapide (43 kVA)

tous les véhicules ne supportent pas la recharge accélérée et deux technologies coexistent pour la recharge rapide (courant continu et courant alternatif).

Le choix du type de prises, du type de bornes, du type de recharge est donc encore flou. Les professionnels tardant à se mettre d’accord sur des standards lisibles, le déploiement d’une infrastructure de recharge publique peut parfois sembler compliqué pour les collectivités.

En effet, si tous les véhicules sont relativement homogènes en ce qui concerne la recharge normale (palier 3 kVA), ils peuvent avoir des caractéristiques différentes pour les niveaux de puissance plus importants ou le type de courant accepté.Afin de faciliter ces choix, l’État a établi un cadre conceptuel et organisationnel au travers d’un rapport officiel destiné à l’élaboration d’une politique de déploiement des infrastructures de recharge dans la sphère publique : Le Livre Vert sur les infrastructures de recharge ouvertes au public pour les véhicules « décarbonés », rédigé sous la conduite de M. Louis Nègre, sénateur des Alpes Maritimes, et publié en avril 2011.

QC-ACDC-showroom-DBT-mai-2012-version-mail-24

Recommandations des types de recharge

D’un point de vue des usages, la recharge normale (3kVA) est le type de recharge à systématiquement privilégier. Elle s’impose notamment pour les places de stationnement dit « principal », sur lesquelles les véhicules rechargeables stationnent pendant de longues durées et peuvent assurer la majorité de leur recharge électrique (90 à 95 % selon les premières expérimentations). Les autres types de recharge (accélérée et rapide) sont des recharges de « confort » ou d’appoint, jouant un rôle important pour le décollage du marché par leur fonction de « réassurance » pour les usagers, mais devant rester minoritaires voire exceptionnelles, pour des raisons de coûts et d’impact environnemental (risque accru de déplacement de la charge sur les pointes carbonées).

-1502707386

Et la transition énergétique dans tout cela?

Ni le “Livre Vert”, ni les dernières publications de l’ADEME sur le sujet ne fournissent d’information vraiment concrète sur l’opportunité de combiner les énergies renouvelables, comme l’énergie solaire notamment, aux infrastructures de recharge. C’est pourtant un couple gagnant. Tout d’abord en ce qui concerne l’aspect psychologique pour les usagers. Une étude internationale menée par le cabinet Accenture a révélé que près de la moitié des personnes interrogées affirme que la possibilité de recharger leurs véhicules électriques grâce à une énergie renouvelable les encouragerait à en acheter un. D’autre part, des chercheurs de l’Université Simon Fraser et de l’Université de Californie ont démontré que de combiner les “énergies vertes” au véhicule électrique augmentait la fréquence d’achat de ces derniers de 23%.

Deuxièmement, le passage à l’ère de la mobilité électrique va amener de grosses contraintes sur le réseau d’électricité avec un nombre grandissant de véhicules qui vont vouloir se recharger. Le déploiement de stations de recharge solaire peut venir apporter une partie de la solution, en soulageant le réseau électrique de manière générale, et en particulier dans des territoires en ‘queue de réseau’, où l’apport d’électricité peut se révéler problématique. A noter que ce type de stations est LA solution pour des sites isolés, où l’apport d’électricité représente une réelle contrainte logistique et financière.

Troisièmement, de telles ombrières de recharge solaire apportent une solution claire au problème de la visibilité, souvent cité comme un des freins à l’adoption du véhicule électrique par le grand public, qui ne réalise pas qu’un réseau est en train d’être déployé dans son quartier, près de son travail, sur le parking de son supermarché, etc.

SPA_siteweb_accueil-e1374506884306211

Enfin, une station de recharge solaire crée un nouvel espace de services, tel que la communication – affichage et digitale via un hotspot WiFi public intégré à la station -, la recharge de petits appareils électroniques (smartphones, tablettes), ou encore pourquoi pas la vente de produits (ex : automate de boissons). C’est en quelque sorte une nouvelle génération de stations, inspirées par le concept même des stations essence, qui elles aussi ont ajouté au fil des années des services à leur fonction première de ‘distribution d’énergie’.

Pour de plus amples informations sur notre solution SunPod® Auto, la station de recharge solaire pour véhicules électriques de tous types, à qui le prestigieux cabinet américain Frost&Sullivan a décerné le prix de l’ « Innovation Produit 2014 » dans la catégorie ‘Infrastructures de Recharge pour Véhicules Électriques’, contactez nous. Nous sommes à votre disposition pour étudier toutes les possibilités d’infrastructures de recharge solaire intelligentes pour votre ville.

Nos Réalisations

Laisser un commentaire